christian tarting


Professeur honoraire de l'université d'Aix-Marseille (esthétique et philosophie de l'art), écrivain, critique, traducteur (essentiellement de l'italien), Christian Tarting dirige les éditions chemin de ronde. Il a publié chez André Dimanche (Dialogue du satin), Lettres de casse (Mante Facile pour Cécile), Saluces (La Figure au collet), L’Odeur du temps (Trois Mesures, avec Nicolas Cendo et Antoine Gallardo), CapLan & Co (Paupière de miel), Ecbolade (Voci sprecate, dessins de Jean-Paul Héraud), Tarabuste (Labbra, Il salto), Artgo & Cie/Au Coin de la rue de l'Enfer (Contresujets, couverture et dessins de Bernard Moninot), aux Éditions du CNRS (Des années trente : groupes et ruptures, avec Anne Roche) et très fréquemment en revue – notamment dans La PolygraphePo&sie, Il particolareCritique, EspritHi.e.ms, Le Mâche-Laurier, Sorgue, Change, Action poétique, Les Cahiers de RoyaumontBanana Split, Chemin de ronde (qu’il a fondée et dirigée), Amastra-N-Gallar, CCP/cahier critique de poésie (où il a, dix années durant, tenu une chronique), faire part, L'Art vivant, Soul BagLes Cahiers du jazz, La Nouvelle Revue d’esthétique, Sur Zone, Poezibao, Le Cahier du Refuge. Coauteur du Dictionnaire du jazz (Laffont/“Bouquins”), il a collaboré à plusieurs autres dictionnaires et encyclopédies dont Le Siècle rebelle. Dictionnaire de la contestation au xxe siècle (Larousse) et, depuis 1980, est très actif dans l’édition (directeur de collection chez Parenthèses – où il a fondé et dirigé la première collection de livres sur le jazz de la librairie française, “Epistrophy”, mais aussi la collection “Chemin de ronde” –, chez P.O.L, où il a créé la collection “Birdland” en 1988, puis aux éditions André Dimanche ; codirecteur des éditions Rouge Profond de 2003 à 2008, etc.). Membre, durant de nombreuses années, des rédactions de Jazz Magazine (1978-1998) et Diapason (1985-1994), pour le jazz et la musique contemporaine, il aime aujourd'hui à prendre part aux sommaires des Allumés du Jazz. Collaborations fréquentes avec des musiciens, jazzmen ou compositeurs “contemporains”, notamment avec l’Arfi, Jean Mereu et Lucilla Galeazzi, avec Jacques Diennet, René Bottlang, Gérard Siracusa, Joe McPhee, Michèle Véronique, Tony Coe, Jean-Marc Montera, Alain Gibert, Bruno Chevillon, Dominique Pifarély, Tony Hymas. Il salto a été publié à l'automne 2013 par Tarabuste. À paraître en 2017 chez Tarabuste : une nouvelle édition de Voci sprecate.



michele tortorici


Michele Tortorici, né à Trapani, est originaire de Favignana (la plus grande des îles Égades, à l’ouest de la Sicile). Il vit à Velletri, au sud de Rome. Après avoir été longtemps enseignant de langue et littérature italiennes dans le secondaire puis proviseur, il a mené une carrière dans l’administration pédagogique où il s’est spécialisé dans les questions de logique hypertextuelle, les moyens de communication numériques et leur incidence sur l’enseignement. Il a dirigé et coécrit une importante histoire de la littérature italienne (Storia della letteratura italiana nell’orizzonte europeo, Oberon, 1993) et a fait paraître de nombreux articles et essais sur la littérature (notamment sur Guido Cavalcanti, Dante, Pétrarque, Leopardi, Manzoni), l’art et la culture. Il est l’auteur de quatre recueils de poèmes : La mente irretita (Manni, 2008), I segnalibri di Berlino (Campanotto, 2009), Versi inutili e altre inutilità (Edicit, 2010) et Viaggio all’osteria della terra (Manni, 2012), qui a reçu un chaleureux accueil critique en Italie. Le premier d’entre eux, traduit et préfacé par Danièle Robert, aura été très vite publié en France – sous le titre : La Pensée prise en piège – par les éditions vagabonde (2010). L’ouvrage a signalé la singularité d’une voix dont le déplacement effectué dans le registre de la fiction par Due perfetti sconosciuti (paru chez Manni en octobre 2013) affirme, humour, verve, pensée critique en sus, la force et la fertilité. Nous voici face à une œuvre littéraire qui a su se donner le temps d’émerger, avance sans faux pas, nous requiert dans tous ses registres. Quatrième titre de la collection « Stilnovo », Deux parfaits inconnus a été publié en novembre 2014 dans une traduction de Danièle Robert.

http://www.micheletortorici.it/blog/



Retour